Les îles Andaman

10 février, 2013 - Îles Andaman / Inde / Travel guide

Lorsque l’on m’a proposé, il y a deux ans, une escapade sur les îles Andaman, c’est en ces termes que l’on m’en a parlé : « Tu ne connais pas ? Regarde sur google image, tu comprendras tout de suite ! ».

Forte de cette indication, j’avais donc fait mes « recherches » (plutôt expéditives, certes), avant de prendre mon billet d’avion. Eaux translucides, sublimes photos de plongées avec des éléphants et ethnies tribales au programme : la promesse d’un paradis façon Maldives à prix cassé.

Oui, Mais. Du marketing un poil optimiste est passé par là.

En pratique, l’éléphant prend souvent des vacances (assurez-vous donc bien qu’il aie rendez-vous avec l’océan au même moment que vous), les photos sous-marines – même en ayant votre propre matériel – ne peuvent être prises « que pendant des plongées spéciales photo » (comprendre à prix prohibitif), les fonds marins supposés exceptionnels sont un peu trop composés de coraux morts à mon goût et les ethnies sont, pour leur propre survie, bien cachées sur des îles interdites d’accès aux touristes.

Une fois évaporées toutes les raisons vous ayant poussées à faire un trajet interminable (le vol Bangalore – Port Blair est obligatoirement en correspondance, suivit d’une traversée en ferry pour rejoindre l’île d’Havelock, en prime les deux ne coïncident pas facilement ce qui vous obligera souvent à faire un stop d’une nuit à Port Blair), que vous reste-il à faire ?

De la plongée ! Il y a pire comme consolation me direz-vous, et c’est tout à fait vrai.

J’ai donc profité de mes 8 jours sur l’île pour passer le premier niveau du PADI. Peu convaincue au départ, cela s’est avéré être une expérience particulièrement agréable, voire addictive.

Le reste du temps, il est possible de louer des scooters pour explorer l’ile (la plage n°7 principalement), mais je conseillerais tout de même d’emporter un bon livre pour les jours sans sortie en mer.
Pour de chaudes soirées endiablées, comme souvent en Inde à part Goa, vous pouvez également passer votre chemin. L’île est avant tout un endroit relaxant, loin du tumulte habituel de la vie indienne.

Côté hébergement, nous logions dans de petites (minuscules) huttes à prix minimes (pour backpackers), amplement suffisantes pour quelques jours mais à l’isolation phonique inexistante (on déconseillera donc aux jeunes couples très amoureux, vos voisins d’une nuit vous en remercieront).
Seul inconvénient : les huttes (aka. frame Huts) n’ont pas de « terrasse », et le restaurant du resort fermant assez tôt, ça n’est pas idéal pour prolonger la soirée autour d’une bière. Ceci dit, rien ne vous empêche de rejoindre le resort suivant (sur la gauche en sortant), au restaurant plus convivial (et bien meilleur !).

Andaman - Port Blair

Andaman - Havelock

Andaman - Havelock

 

En bref, ces îles sont sympas, mais sans plus : vu le prix à débourser pour y aller, personnellement, je ne m’y retrouve pas. La plage n°7 (la plus connue) est certes belle et encore à l’état brut, mais je suis loin d’avoir eu « le souffle coupé » en la voyant. Du côté des plus belles plages du monde, Les saintes (en Guadeloupe) ou El Nido (aux Philippines) continuent de truster les premières places de mon classement personnel. A noter en particulier que le Snorckling aux Andaman a peu d’intérêt : la majorité des coraux sont morts, comme cela a déjà été dit dans l’article. En revanche, reste la plongée, très sympa pour un début, dont une épave absolument sublime.

› tags: Inde / voyage /

Comments

  1. Inde 2012 : un semestre d’échange pas comme les autres « Bref, je blogue. dit :

    […] Andaman Island. […]

  2. Pozzo dit :

    Salut,
    Merci pour ce récit. Je voulais savoir à combien te revient le premier niveau de plongée sur ces belles iles? Merci
    Mik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.