Théâtre à Paris : Thé menthe ou t’es citron

3 août, 2014 - 75010 / Paris / Théâtres et Stand up

Autre très grand classique des soirées parisiennes, Thé menthe ou t’es citron est une pièce qui se joue déjà depuis de nombreuses années. Sûre de mon coup, la pièce ayant été récompensée par le Molière 2011 du meilleur spectacle comique, je profitais donc du passage de mon paternel dans la ville lumière – public on ne peut plus difficile – pour lui proposer d’aller voir la pièce.

« Tout y est : le cocu, l’amant dans le placard et les quiproquos attendus. Nous sommes à quelques jours de la première, rien n’est prêt ; les techniciens restent flegmatiques, la costumière est à côté de la plaque et la metteur en scène nébuleuse est débordée par les événements.

Chez les comédiens l’ambiance est électrique, l’actrice principale est au bord de la crise de nerf à cause… du jeune premier, le fils du producteur, imposé – le bouquet ! Maladroit, timide, naïf et gaffeur – il fait ses premiers pas sur les planches.

C’est parti pour être un Vaudeville miteux joué par des acteurs calamiteux. Le soir de la première arrive, et là… ça tourne au délire, en une succession d’imprévus. […] C’est une apothéose de quiproquos et de gags inattendus… c’est chacun pour soi, rendez-vous aux saluts. »

Alors que la salle se remplit, je note déjà que la moyenne d’âge est nettement plus élevée que les salles où je me rends habituellement. Pas grave, de toute façon je cherchais une pièce à voir avec mes parents plus tout jeunes.

Le rideau se lève et la pièce commence, les gags s’enchaînent et des rires généreux commencent à se faire entendre de plus en plus souvent. Même mon père, s’y met, il a l’air d’apprécier. De mon côté… je regarde ma montre. Souvent. Ça n’est pas que la pièce est mauvaise, à l’évidence loin de là, mais la sauce ne prend pas. C’est long, trop long. La salle, elle, est hilare.

Le deuxième acte s’accélère un peu, je me déride enfin mais c’est quand même avec impatience que j’attends que les lumière se rallument. A la sortie : mon père a adoré, personnellement j’aurais pu m’en passer.

En bref, c’est au théâtre de la Renaissance que ça se passe. Vous l’aurez compris : particulièrement recommandé pour sortir vos vieux parents en visite dans la capitale, nettement moins pour une soirée entre potes.

Ps : si vous aussi vous vous interrogez sur les qualités auditives de vos ascendants, le théâtre est très bien sonorisé et n’importe quelle place fera l’affaire, pas besoin de vous ruiner pour avoir une place devant (qui font limite mal au cou en prime, vive le poulailler !).

› tags: paris / théâtre /

Comments

  1. […] à aller voir au théâtre, deux noms reviennent inlassablement : Thé menthe ou t’es citron (dont je vous parle ici) et Le tour du monde en 80 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.